La CNAPD était présente les 16 et 17 septembre au village associatif de la 8e édition de ManiFiesta, la grande fête de la solidarité belge organisée par le PTB, Solidaire et Médecine pour le Peuple à Bredene.

Une occasion pour la Coordination Nationale d’Action pour la Paix et la Démocratie de partager une discussion citoyenne sur les murs physiques et symboliques qui se dressent entre les citoyens du monde. Grâce à deux animations interactives, les festivaliers ont pu mesurer leur connaissance du phénomène terroriste et les mots/maux qui en découlent. La bannière intitulée « Viens dégommer du terroriste » entourée des drapeaux de la paix en a surpris plus d’un. Une coordination pacifiste incitant à la violence ? De nombreux festivaliers s’y sont essayés, et la seule chose violente qu’ils ont constaté était l’utilisation du mot terroriste employé à tort et travers et les enjeux qui en découle. Faute de nuance, ce mot a perdu toute consistance. Employé par tous dans le but de légitimer ou justifier un conflit, il donne aussi l’occasion pour tous d’assumer des politiques anti-démocratiques.
De part et d’autre du globe, que l’on porte le nom de Bachar Al-Assad, Donald Trump, Salman Al Saoud, Emmanuel Macron ou Charles Michel… l’ennemi est commun : le terroriste. Que tu sois « combattants, résistants, militants indomptables, insurgés, insoumis [ou] rebelles infatigables »[1] rien n’y fait. Si tu n’es pas avec « nous », alors tu es contre « nous ». Et le mot « terroriste » vidé de sa substance et poussé à l’extrême ne sert plus qu’à qualifier un avis opposé, qu’il soit terrifiant ou non pour « déligitimiser » un opposant politique.

En poursuivant son chemin dans le village associatif, il était également possible de retrouver la CNAPD au stand de Vrede dans le cadre de la plateforme « Pas d’avions de chasse » ou du Comité de surveillance OTAN (CSO) pour les journées internationales de la Paix. N’oublions pas que les missions militaires et bombardements n’amènent ni la paix ni la stabilité, bien au contraire.

En conclusion, nous pouvons dire que ces deux journées ont été un réel plaisir malgré l’absence du soleil, et nous ont encouragé à continuer notre combat pour la paix et la démocratie, ici et ailleurs.

Par leur curiosité, engagement et réflexion, les festivaliers nous ont prouvé que le sens de notre action était loin d’être vain et qu’il y avait un public prêt à se mobiliser et lutter pour un monde meilleur.

L’équipe les bénévoles pour leur aide et leur bonne humeur et, bien sûr, les festivaliers pour leur enthousiasme et ouverture d’esprit.

En espérant tous vous revoir l’année prochaine !


Crédit Photos Solidair(e) Geertje Franssen
https://www.manifiesta.be

[1] MAP feat Keny Arkana : Appelle-moi camarade. Les Bronzes Font Du Ch’ti, 14 Avril 2009.

Jonas Boussifet

Jonas Boussifet

Jonas Boussifet est chargé d’animation à la CNAPD.

Laisser un commentaire