Le 13 octobre, le Président américain Donald Trump a annoncé son intention d’annuler la certification du Plan d’action global commun (JCPOA), l’accord nucléaire passé entre l’Iran, les membres permanents du Conseil de sécurité et l’Union européenne.

En tant que lauréate du prix Nobel de la paix 2017, la campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN, dont la CNAPD est membre) critique vivement cette décision.

Le JCPOA démontre en effet de manière exemplaire à quel point la diplomatie peut fonctionner. C’est un exemple de la réussite de l’approche multilatérale dans la question des armes nucléaires.

Le JCPOA, à l’instar du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, rappelle la menace existentielle que font peser les armes nucléaires sur l’humanité et traduit l’urgente nécessité d’en être débarrassé. Les tentatives du Président Trump de perturber l’accord iranien, en dépit du fait que l’AIEA (l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique) ait certifié à plusieurs reprises ces dernières semaines le respect de l’accord par l’Iran, est une piqure de rappel de l’immense danger nucléaire auquel le monde est confronté et de l’urgence d’éliminer ces armes.

Le nouveau Traité d’interdiction des armes nucléaires offre un moyen d’éliminer cette menace existentielle pour l’humanité. Il est soutenu par plus des deux tiers de tous les États membres de l’ONU. Le Traité répond à la préoccupation toujours plus profonde de la communauté internationale quant aux dommages mondiaux, catastrophiques, considérables et durables que toute utilisation d’armes nucléaires infligerait aux populations présentes et futures, ainsi qu’à notre planète.

Le Traité renforce la non-prolifération nucléaire en établissant explicitement, en se fondant sur le droit international humanitaire, que les armes nucléaires sont des moyens illégitimes pour rechercher la sécurité. Et que cette illégitimité est intrinsèque à la bombe elle-même : le Traité reconnaît qu’il n’y a pas de « bonnes » et de « mauvaises » armes nucléaires. Comme le disait Ban Ki-Moon, « il n’y a pas de bonnes mains pour de mauvaises armes ».

Le rejet du JCPOA par le président Trump est une incitation à la prolifération. Ce rejet met gravement en danger la perspective de voir d’autres accords être conclus pour limiter la menace nucléaire. Donald Trump, par cette décision, augmente le risque global d’une guerre nucléaire. Le conflit avec la Corée du Nord le souligne dangereusement.

Nous vivons un moment de grande tension mondiale, où la rhétorique menaçante et les invectives pourraient nous conduire à une horreur inqualifiable. Le spectre du conflit nucléaire se profile une fois de plus. S’il y devait y avoir un moment pour que les nations déclarent leur opposition sans équivoque aux armes nucléaires, c’est maintenant. Tous les Etats doivent signer et ratifier le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires.


Crédit Image : Frank Franklin II/AP/SIPA | Crédit Média : KILIAN FICHOU, AGNES PEDRERO/AFP | Date :

Samuel Legros

Samuel Legros

Laisser un commentaire