Les licences d’export d’armes wallonnes vers Riyad sont toujours contestées devant le Conseil d’Etat. Est notamment en jeu le méga contrat de tourelles de chars de CMI Defence, en sous-traitance pour GDLS. Plusieurs centaines d’emplois sont concernés…

Les licences d’exportation d’armes vers des pays non européens restent une problématique difficile. La Ligue des droits de l’homme et la CNAPD (Coordination nationale d’action pour la paix et la démocratie) ont attaqué devant le Conseil d’Etat le feu vert donné par la Région wallonne à 28 licences d’export d’armes vers l’Arabie saoudite.

Les deux ONG ont concentré leurs actions dans 14 recours: entre-temps, quatre de ces recours sont devenus sans objet car les livraisons ont déjà été effectuées. Pour les dix actions restantes, en suspension, le Conseil d’Etat a déjà rejeté, contre l’avis de l’auditeur, deux moyens sur trois. C’était au début du mois de mars. Il a rouvert les débats au sujet du troisième moyen.

Si d’aventure la Ligue et la CNAPD perdent à nouveau ici, elles sont déterminées à poursuivre leur action en annulation, disent-elles.

→ Quels sont les contrats concernés?

Lire la suite sur l’Echo.be


 

 ©CMI group

Jonas Boussifet

Jonas Boussifet

Jonas Boussifet est chargé d’animation à la CNAPD.

Laisser un commentaire