[NDLR : Aperçu de l’intervention de Joe Lombardo, UNAC, 25 mai 2017]

Bien que l’Ukraine ne soit pas membre de l’Otan, l’actuel gouvernement ukrainien a exprimé son désir de rejoindre l’Alliance. L’Ukraine est membre du Conseil de Coopération Nord-Atlantique (1) et participe au programme du Partenariat pour la Paix.

L’Ukraine a une longue frontière avec la Russie et occupe donc une place importante dans l’effort de l’Otan pour encercler la Russie avec des troupes et avec le bouclier anti-missiles. D’autre part, c’est  important pour la Russie, pour sa propre défense, de ne pas avoir l’Otan le long de sa frontière avec l’Ukraine.

La Crimée, qui historiquement faisait partie de la Russie, abritait la seule base navale russe en eaux chaudes et avait donc une importance stratégique. C’était important pour le peuple de Crimée, qui est majoritairement d’origine russe, de refaire partie de la Russie, en particulier du fait de la montée du fascisme et des sentiments anti-russes dans la partie ouest du pays.

A l’époque du démembrement de l’Union Soviétique, les Etats-Unis avaient promis de ne pas installer l’Otan dans les anciens Etats soviétiques ou dans ceux du Pacte de Varsovie. Mais les Etats-Unis ont ignoré cette promesse et, aujourd’hui l’Otan a intégré l’Albanie, la Bulgarie, la Croatie, la République tchèque, l’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lithuanie, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie.

A la différence du passé récent, où ils s’en prenaient à de petits pays avec de faibles moyens militaires, aujourd’hui les Etats-Unis et l’Otan menacent des puissances nucléaires et cela représente une menace existentielle pour l’humanité. Les mouvements de paix des Etats-Unis, d’Europe et du reste du monde doivent se mettre ensemble pour vaincre l’Otan, qui est la plus grande force de guerre actuelle dans le monde.

Jonas Boussifet

Jonas Boussifet

Jonas Boussifet est chargé d’animation à la CNAPD.

Laisser un commentaire