Moins d’un an après le sommet de Varsovie se tiendra ce 25 mai à Bruxelles le prochain sommet de l’OTAN. Si officiellement ce sommet s’organise dans le cadre de l’inauguration des nouveaux bâtiments de l’Alliance, nous ne doutons pas que cette rencontre sera l’occasion pour les Etats membres de l’organisation d’évaluer la volonté des uns et des autres de poursuivre la politique menée jusqu’à présent.

En effet, sommet après sommet l’OTAN tente de redéfinir ses missions et les menaces que l’Alliance est censée prévenir, justifiant ainsi sa présence partout dans le monde : sécurisation des routes commerciales, garantie de l’approvisionnement en ressources énergétiques, lutte contre le terrorisme…

Et pour ce faire, une seule recette : augmenter nos dépenses militaires. En effet, le plan stratégique de l’OTAN indique que les pays membres devraient consacrer au minimum 2% de leur PIB aux dépenses militaires et en particulier aux nouveaux investissements (en Belgique nous sommes actuellement à un peu moins de 1% de notre PIB). C’est ce « manque » d’investissement de la part des pays européens que monsieur Trump dénonçait pendant sa campagne présidentielle et encore au début de son mandat, qualifiant l’organisation d’obsolète car incapable, selon lui, de lutter efficacement contre le terrorisme dans ces conditions. Le président des Etats-Unis est ensuite revenu sur ses propos en avril dernier, justifiant ce changement de point de vue par les efforts récents menés par l’Alliance pour lutter contre le terrorisme. Cependant, pour ce dernier les conditions restent claires, l’OTAN ne constituera « un rempart pour la paix internationale et la sécurité » qu’à condition que les membres assument leur part de l’effort et investissent suffisamment.

En tant que mouvement pour la Paix, nous ne pouvons accepter que notre pays augmente considérablement ses dépenses militaires, en particulier lorsque nous nous trouvons dans un contexte budgétaire aussi défavorable. Nous estimons que la Belgique devrait investir dans ce qui est pour nous la véritable sécurité humaine : la sécurité sociale, les services publics, l’enseignement, le logement… autant de gages de paix et de stabilité sociale.

Le plan stratégique défense de notre ministre Steven Vandeput prévoit plus de 9 milliards d’investissements d’ici 2030, budget qui serait en grande partie consacré au rachat de nouveaux avions de chasse.

Nous nous opposons à ce que la Belgique réalise cet investissement pour satisfaire aux exigences d’une organisation dont la politique guerrière est essentiellement dictée par des enjeux économiques.

C’est pourquoi nous nous mobiliserons ces 24 et 25 mai. Le 24 la CNAPD participera, dans le cadre de sa collaboration avec la plateforme « Pas d’avions de chasse – Geen gevechtvliegtuigen » à la manifestation « Trump not Welcome » qui démarrera à 17h à la Gare du Nord. Le lendemain, nous prendrons par au Contre-Sommet de l’OTAN, organisé en collaboration avec de nombreuses associations pacifistes belges et internationales, dans les locaux de Marie Haps entre 9h et 18h. Nous vous invitons donc à nous rejoindre nombreux pour porter haut et fort notre message.

Naïma Regueras

Naïma Regueras

Présidente de la CNAPD

Laisser un commentaire