Entretien avec Carla Goffi

Comment s’est créé le Mouvement Chrétien pour la Paix ?

Né en 1923 dans une volonté de réconciliation en réaction à la première guerre mondiale, le Mouvement Chrétien pour la Paix (MCP) s’engage à la promotion des droits humains et des peuples, et à faire obstacle à un retour à la guerre totale. L’idée qui présidait l’initiative, était qu’en créant de la solidarité entre les jeunes de nationalités différentes, on bâtirait la paix.

D’où les chantiers pour la paix…

Tout à fait. Faire travailler ces jeunes ensembles sur un projet de construction commun, c’était établir de la solidarité entre les peuples. La connaissance de l’autre amène la paix. Nous avions par exemple organisé un chantier en Hongrie, où nous participions à la construction de maisons au sein d’une communauté de Tziganes.

Comment le mouvement s’est-il étendu en Belgique ?

Il y a eu une section à Liège dans les années ’60, puis d’autres ont essaimé à Mons, Louvain-la-Neuve, Namur, Bruxelles… Nous avions un peu plus de moyens à l’époque, chaque régionale avait son détaché pédagogique pour coordonner les activités. Aujourd’hui, nous ne sommes plus que des bénévoles.

Quelle est l’approche de la paix prônée par le MCP ?

Notre slogan, c’est l’Evangile est une promesse et le socialisme (comme mouvement idéologique) un moyen de l’obtenir. Face au totalitarisme politique et économique, le mouvement se veut partie prenante de la vague de fond alter-mondialiste, pour se dégager du poids de la dette et réaliser un développement durable. Il ne peut y avoir paix sans justice.
Nous exigeons une juste répartition des richesses financières et environnementales entre les populations de la planète, seul moyen d’arriver à une paix véritable.

Nous sommes particulièrement attentifs au droit à l’autodétermination des peuples, partout dans le monde.

En fait, pour vous, le travail de pacifiste c’est quoi ?

On travaille en amont, hors des périodes de guerre, pour dénoncer des situations injustes susceptibles de dégénérer en guerre ! Ces injustices sont pour beaucoup dues à notre mode de consommation.

Pendant les guerres, nous soutenons les demandes d’asile des objecteurs de conscience (un statut non reconnu par la Convention de Genève) , nous menons campagne contre la fabbrication et le commerce des armes, nous soutenons les mouvements pacifistes sur place, nous essayons d’amener notre aide aux réfugiés dans des camps.

Après un conflit, nous appuyons toutes les actions qui participent à la reconstruction morale et démocratique du pays, et nous diffusons les messages de réconciliation. Nous demandons aussi’ que toute justice soit faite. Il ne peut pas y avoir réconciliation sans justice

Vous parler de l’Evangile dans votre slogan, que représente le « C » dans MCP ?

L’étiquette chrétienne a perdu de sa substance avec la transformation de la société. Beaucoup d’associations avec le libellé « chrétien » l’ont retiré. Mais pour nous, il est important de garder cette référence vue comme un lien avec le message de Jésus de Nazareth en tant que prophète, c’est-à-dire quelqu’un d’éclairé, qu’il soit ou non le fils de Dieu Le message du christianisme, est un message de justice, d’égalité qui est valable pour nous. Nous sommes d’ailleurs membre de PAVES (Pour un Autre Visage de l’Eglise et Société ).

Y-a-t-il une action concrète à laquelle les Belges peuvent participer prochainement?

Nous soutenons l’association HOPE qui octroie des bourses d’études à des étudiants palestiniens. Nous organisons à cet effet de repas à 35 € le couvert (une bourse d’un an, coûte 1200 €). C’est une manière de rester ancré dans la réalité, d’aider concrètement une personne. Généralement, je le fais chez moi, mais je manque de place pour répondre à la demande, aussi je cherche un endroit convivial et spacieux, je me charge de la cuisine. Les personnes intéressées peuvent me contacter par mail (Carla Goffi : carla.goffi@skynet.be). ; une action concrète mais que se situe dans un cadre politique qui revendique la fin de l’occupation Israélienne , ainsi que la campagne BDS que nous menons au sein de la coordination pour le Boicott, le Désenvestissement et les Sanctions a Charleroi

Être membre de la CNAPD ? c’est…

Nous avons toujours été membre actif de la Coordination, nous sommes fiers d’en être co-fondateur également. Et puis les pacifistes sont plus forts ensemble, non ?

Carole Glaude

Carole Glaude

Chargée de communication et réseaux à la CNAPD

Laisser un commentaire

Suivez-nous !

Plus d’articles

Evenements à venir

07 Nov

LABY « Dé...

  • LABY « Découvrir son environnement institutionnel »