Le mouvement de la paix lance sa nouvelle campagne : « Ne jetez pas l’argent par les fenêtres ! »

L’austérité budgétaire est la règle du gouvernement… à une exception près : le budget militaire. Ce ne sont pas moins de 7,5 milliards d’euros d’engagement budgétaire que le ministre de la « défense » aura contracté d’ici à la fin de la législature.

Afin de dénoncer cette insupportable contradiction, et espérer qu’elle émerge enfin dans le débat public, la plateforme « Pas d’avions de chasse » lance une nouvelle campagne ce jeudi 25 janvier. Celle-ci veut mettre en parallèle, pour mieux la dénoncer, la dépense envisagée pour l’achat de 34 avions chasseurs-bombardiers avec l’absence d’investissement dans des postes budgétaires qui permettraient, eux, de réellement travailler à la paix et la sécurité.

Justice, sécurité sociale, soins de santé, transports publics, accueil des demandeurs d’asile et des réfugiés, solidarité internationale, lutte contre la pauvreté ou encore transition énergétique et lutte contre le dérèglement climatique. Tous les services publics semblent sacrifiés sur l’autel de l’austérité.
Tous ? Manifestement pas. Dans une étrange discrétion, sans que ces dépenses faramineuses ne souffrent d’un débat public, ouvert, contradictoire, le gouvernement multiplie les engagements budgétaires pour l’achat de matériel militaire. Ainsi, en juin 2017, c’est un contrat pour l’achat de 477 véhicules blindés qui est signé pour un montant de 1,1 milliard d’euros. Le 22 décembre 2017, 260 millions d’euros sont investis dans l’achat d’un avion ravitailleur. D’ici au mois de juin 2018, le gouvernement entend signer les contrats pour l’achat de 6 chasseurs de mines et de deux navires pour un total dépassant les 2 milliards d’euros. Le « contrat du siècle », lui, doit être signé avant la fin de cette année : 3,6 milliards pour l’achat de 34 avions chasseurs-bombardiers (notons que le ministère de la défense américain a annoncé en début de semaine un montant de 6,5 milliards de dollars – 5,3 milliards d’euros !).

Les services publics deviendraient-ils de simples variables d’ajustement budgétaire pour épancher la soif militariste de notre gouvernement ?

Malgré le credo austéritaire que le gouvernement rumine ad nauseam, la plateforme « pas d’avions de chasse » et ses 130 associations membres (www.pasdavionsdechasse.be) constatent que nos représentants sont capables d’engager une politique de relance par les investissements publics. Une politique qui ne profitera pourtant pas aux citoyens qui voient, constamment, le filet protecteur de l’État se déliter.

Afin de faire connaître ses arguments et de proposer aux citoyens des moyens concrets d’action, les membres de la plateforme distribueront dans 19 différentes gares et lieux publics en Belgique, ce jeudi 25 et vendredi 26 janvier, un faux billet de 500€ (575€ étant le montant que chaque contribuable devra dépenser pour l’achat de 34 avions de chasse). La liste des lieux de tractage et les personnes responsables sont disponibles sur demande.

 


Contacts presse :
Ludo De Brabander, Vrede vzw (nl) – ludo@vrede.be 0473/51.64.62
Samuel Legros, CNAPD (fr) – samuel.legros@cnapd.be 0484/64.57.92

Jonas Boussifet

Jonas Boussifet

Jonas Boussifet est chargé d’animation à la CNAPD.

Laisser un commentaire