Tout le monde ou presque connait la CSC mais qui sait vraiment tout ce qu’elle fait ? Et pourquoi elle est membre de la CNAPD? Les réponses avec l’interview de Luan Abedinaj, Responsable national Migrants.

Comment est née la CSC?

C’est en décembre 1886 que fut créée l’union professionnelle chrétienne des travailleurs du coton, à Gand. Ensuite d’autres unions professionnelles composées des peintres, des menuisiers, des métallurgistes ont vu le jour. Le Secrétariat général des unions professionnelles chrétiennes est mis en place en 1904, sous l’impulsion du père Rutten. La confédération des syndicats chrétiens et libres de Belgique voit le jour, elle, en 1912. Ce n’est qu’en 1923 qu’elle sera rebaptisée Confédération des syndicats chrétiens, soit la CSC qui fêtera, en 2016, ses 130 ans d’existence.

Comment fonctionne la CSC au quotidien ?

La CSC fonctionne sur deux piliers : le pilier professionnel composé des centrales professionnelles¹ qui organisent les travailleurs sur leur lieu du travail et le pilier interprofessionnel composé des fédérations territoriales² (9 pour le côté francophone) qui organisent les travailleurs sur leur lieu d’habitation. Ce sont les fédérations territoriales qui offrent aux membres des services juridiques, assurent le paiement des allocations de chômage aux travailleurs sans emploi, organisent la formation des militants et des délégués, des actions, des événements, etc. Il existe 5 groupes spécifiques au sein de la CSC, à savoir les Femmes CSC, les Jeunes CSC, les TSE (travailleurs sans emploi), les Migrants CSC et la CSC Seniors.

Comment a-t-elle évolué ?

Avec environ 1,7 million d’affiliés, la CSC est un syndicat qui se veut représentatif, démocratique et indépendant. C’est le premier syndicat belge tant en nombre d’affiliés qu’en terme d’élus à l’issu des élections sociales qui ont lieutous les quatre ans. La CSC fonctionne de manière démocratique dans la prise en compte de l’avis de ses militants en ce qui concerne la formulation des revendications et des positions politiques.

Quelles sont ses particularités ?

La grande particularité de la CSC est d’être un syndicat de valeurs axé sur l’humain et qui place les travailleuses et les travailleurs au centre de ses préoccupations. Les valeurs prônées par la CSC sont la dignité, le travail de qualité, la répartition équilibrée des revenus, le bien public, l’égalité, la participation, la lutte contre la discrimination, la tolérance et la solidarité internationale.

La CSC est aussi très engagée sur le plan international. Elle fait partie de la CES (Confédération européenne des syndicats) et du CSI (Confédération syndicale internationale) et son ASBL, Solidarité mondiale, sensibilise et mobilise à la justice sociale et la solidarité dans les pays du sud et appuie aussi financièrement 80 organisations dans 24 pays dans le Sud.

Enfin, la CSC n’existerait pas sans ses militants qui participent pleinement aux groupes de réflexion et à la formulation des revendications du syndicat. Il est en effet très important pour la CSC de travailler avec ses militants afin d’alimenter leurs réflexions et revendications d’expériences sur le terrain. Elle compte environ 80 000 militants.

Que fait-elle pour que les hommes politiques l’entendent ?

La CSC utilise tous les moyens de communication possibles : interpellations, revendications, communiqués de presse, grève locale, sectorielle ou générale, des manifestations, etc. Elle entend continuer à faire jouer son rôle de contre-pouvoir constructif et créer le rapport de force nécessaire pour mettre en œuvre ses revendications et ce dans l’intérêt des travailleuses et travailleurs et au bon équilibre de notre pays. La concertation tant que c’est possible, l’action quand c’est nécessaire.

Sur quoi se focalise la CSC en 2016 ?

En 2016, la CSC continuera son travail de revendication et ses actions afin de montrer son désaccord avec les mesures prises par le Gouvernement Michel. Malgré les récents événements et le rehaussement du niveau de menace, le syndicat fera tout son possible pour adapter ses actions à la situation et, surtout, continuer de se faire entendre.

Face à la situation actuelle, les Migrants CSC sont aussi appelés à faire de nombreuses soirées-débats pour informer les gens sur la crise de l’accueil des réfugiés et déconstruire les préjugés souvent véhiculés par certains politiques et médias dans l’opinion publique. Il s’agit dès lors d’un travail d’éducation permanente.

De manière générale, la CSC lutte pour une fiscalité plus juste (surtout par rapport aux impacts qu’aura le Tax Shift) et pour la création de plus d’emplois de qualité mais aussi pour renforcer les services publics, la protection sociale, la concertation sociale et la négociation salariale libre, maintenir l’indexation automatique et le pouvoir d’achat et pour une meilleure répartition des richesses.

Comment aider, participer activement aux projets et actions de la CSC?

Nos affiliés ont bien sûr la possibilité de devenir militants CSC et de s’investir dans différentes campagnes, actions, sensibilisations … organisées par le syndicat. En fonction de leurs centres d’intérêt, ils peuvent faire partie de groupes de réflexion ou de comité de militants déjà en place au niveau local. Pour ce faire, il doivent s’adresser aux permanents interprofessionnels au niveau de la fédération territoriale ou aux permanents des groupes spécifiques.

Bien sûr, il n’est pas obligatoire d’être affilié pour venir participer aux actions syndicales que nous organisons à plusieurs niveaux : sectoriel, local ou national.

Pour vous être membre de la CNAPD ça veut dire quoi ?

La CSC a toujours privilégié la collaboration et le soutien aux associations, aux organisations de la société civile. Pour la CSC, être membre de la CNAPD est une évidence. Les sujets comme la Paix, la Démocratie et la Citoyenneté sont des composantes nécessaires et obligatoires à notre société et sont au cœur de toutes les revendications de CSC, qu’elles soient nationales ou internationales.


¹ Les sept centrales professionnelles sont les suivantes : la Centrale nationale des employés (CNE), la CSC Bâtiment-Industrie & énergie, l’ACV-CSC-Metea (métal et textile), la CSC-Alimentation et Services, la CSC Transcom (transport et communications), la CSC Services publics et  la CSC Enseignement.
² Brabant wallon, Bruxelles-Hal-Vilvorde, Charleroi – Sambre et Meuse, Hainaut occidental, Liège-Huy-Waremme, Luxembourg, Mons-La Louvière, Namur-Dinant, Verviers et région de langue allemande.

 

Carole Glaude

Carole Glaude

Chargée de communication et réseaux à la CNAPD

Laisser un commentaire

Suivez-nous !

Plus d’articles

Evenements à venir