Unique véritable mouvement de paix encore actif à Liège, Yoann Jungling nous rappelle quelles sont les luttes du mouvement et comment ce dernier agit de concert avec le mouvement syndicaliste, dont il partage les valeurs. Entretien avec Yoann Jungling :

Qui est l’ULDP ?

C’est une asbl crée après la deuxième guerre mondiale, dans les années ’50 suite à l’appel de Stockholm . Le mouvement a été impulsé par le milieu associatif liégeois, des anciens résistants et des syndicalistes, comme François Brouwers et René Klutz.

Pourquoi justement des anciens résistants et des syndicalistes ?

Comme anciens résistants, on ne veut plus revivre cela, et comme travailleur, ouvrier, on sait que les guerres font des la classe populaire de la chair à canon à bon marché. L’ULDP est historiquement proche de la FGTB Liège-Waremme, tout en étant ouvert et pluraliste.

Syndicalisme et pacifisme, une équation qui marche

Le mouvement syndical a besoin du mouvement pour la paix, et inversement. Comme je le disais, en cas de guerre, le travailleur, ouvrier, employé, est le premier envoyé au front. La FGTB a d’ailleurs un slogan fédérateur « Ensemble, on est plus fort ! » qui caractérise exactement cette solidarité entre syndicats et militants pour la paix.

Quelles sont vos activités ?

Nous organisons des événements sur les thèmes liés à la paix, des colloques, des conférences, des débats… Souvent en partenariat avec d’autres associations, la FGTB évidemment, mais aussi l’ABP Liège par exemple. En solidarité avec la Palestine, nous avons occupés des lieux publics tous les vendredis pour sensibiliser l’opinion publique.

L’ULDP effectue un travail de veille vis-à-vis de l’actualité. Notre objet d’étude majeur ce sont les conflits économiques, c.à.d. qu’il n’y a pas que les conflits armés qui tuent. Le déséquilibre flagrant entre le Nord et le Sud, fait un nombre de victimes considérable.

Nous avons d’ailleurs un partenariat au Sénégal , parce que nous croyons qu’un monde plus en paix passe d’abord par le rétablissement d’un équilibre entre le Nord et le Sud. Il s’agit d’un projet d’émancipation des femmes dans le secteur de la pêche, avec notre partenaire local, nous avons construit des hangars qui respectaient les conditions de sécurité et d’hygiène, et nous les avons informées de leurs droits par rapport au travail et en tant que femme.

Vous avez mis sur pied une formation sur le pacifisme, de quoi s’agit-il ?

Le pacifisme est un concept multi facettes. Avec cette formation, nous espérons pouvoir en explorer un maximum avec les participants. Cela débouche toujours sur des échanges très animés et constructifs. Quand l’ULDP parle de pacifisme, nous ne pouvons passer non plus sur la notion de non-violence, la prévention des conflits par la médiation et le dialogue, et non par l’offensive comme le prône l’OTAN.

Le concept de « paix perpétuelle » de Kant mérite vraiment que l’on s’y attarde. A se demander si l’on peut mettre fin à un conflit sans passer par la violence, si la brutalité humaine est innée ou acquise, on entre dans une réflexion qui permet l’échange entre les participants.

C’est d’ailleurs une formation que nous faisons aussi au sein des syndicats, car la position des mouvements sociaux sur les conflits est sérieuse.

Vous travaillez beaucoup en partenariat (ABP, FGTB…), pour vous, faire partie de la CNAPD, c’est…

Ensemble, on est plus fort ! C’est donc primordial d’être présent dans une coordination comme la CNAPD qui réunit tant d’associations progressistes. Être à plusieurs, créer une voix commune, c’est faire écho à notre plaidoyer pour la paix avec plus de force que si on agit chacun seul dans son coin.

Contact:

Yoann JUNGLING
Animateur Place Saint-Paul, 9-11
B-4000 Liège
Tél +32 4 221 95 86
Fax +32 4 221 96 26
GSM +32 494441901

CNAPD

CNAPD

Tous les articles écrits par les stagiaires, bénévoles ou anciens membres et permanents.

Laisser un commentaire

Suivez-nous !

Plus d’articles

Evenements à venir