Je suis… une source d’information inépuisable, un lieu de rencontre et d’échange, un outil de communication, un instrument de diffusion d’idées, représenté sous la forme d’une gigantesque toile d’araignée, mondial, je suis… ?

Nul besoin de jouer aux devinettes, vous avez compris, c’est bien d’Internet dont parle le nouveau web documentaire de la CNAPD ainsi que de la construction de l’information et des discours de haine en ligne.

Présent sur nos ordinateurs, smartphones, tablettes et autres petits jouets technologiques, Internet occupe aujourd’hui une place de choix dans nos habitudes de vie. À tel point qu’il est parfois difficile de se souvenir qu’il n’en a pas toujours été ainsi.

Depuis ses débuts, Internet a nourri beaucoup d’espoirs : garant de la liberté d’expression, instrument de partage et de rencontre entre les peuples, capable d’apporter une voix égale pour chaque individu,… Pourtant, même si l’on peut considérer que certains de ces espoirs se sont réalisés, force est de constater que nous n’avons pas vraiment atteint cette belle utopie. Internet est en effet capable du meilleur comme du pire, qu’il s’agisse de la censure imposées par certains Etats ou de la réutilisation de cet espace de liberté pour la diffusion de discours de haine à caractère raciste, xénophobe ou discriminatoire.  Mais pourquoi le rêve des débuts a-t-il tourné de la sorte ? Loin de prétendre répondre à une question si vaste, « Citoyens du Web » propose de se poser un instant et de prendre un peu de recul sur notre façon de nous informer sur le web ainsi que d’interroger la façon dont Internet a influencé notre existence et notre rapport aux autres.

Dans notre société ultraconnectée, la presse papier à mauvaise presse et c’est sur nos petits écrans que nous recherchons notre dose d’information quotidienne. Pourtant, internet n’est pas à mettre dans le même sac que la presse traditionnelle. Du site de presse aux forums de discussion, en passant par les sites d’organisations militantes et les réseaux sociaux, l’information se multiplie mais ne se ressemble pas et il est parfois difficile de distinguer le vrai du faux, l’information de première main de celle d’opinion. Il est alors important de pouvoir se poser les bonnes questions et d’adopter un regard critique sur ce qu’on lit. D’autant plus que l’apparition d’internet a créé une multiplication incroyable de l’information disponible provoquant de la sorte une désinformation si nous n’arrivons pas à sélectionner l’information pertinente. Ce regard critique sur l’information en ligne est d’autant plus important qu’une mauvaise compréhension ou un manque de recul sur ce qu’on lit sur les réseaux sociaux, ou même les sites de presse, peut entrainer la manipulation de stéréotypes et préjugés. Et pour pour conséquence, la construction de discours à caractère haineux qui se multiplient comment une trainée de poudre.

Ces discours de haine se multiplient d’autant plus rapidement qu’internet représente aujourd’hui une véritable société parallèle où des liens interpersonnels se créent, des idées s’échangent, des débats se lancent. Mais qui dit société dit droits et responsabilités. Le droit de ne pas être la victime de propos haineux, mais aussi le devoir de ne pas participer à leur diffusion, voire de lutter contre leur propagation. Dès que nous nous connectons, où que ce soit dans le monde, nous devenons donc tous des citoyens du web, unis par les même droits et les mêmes responsabilités. Le projet « Citoyens du Web » s’attèle à définir les contours de ces droits et responsabilités en proposant une réflexion et des informations sur la construction de l’information en ligne, un questionnement sur la liberté d’expression sur le web, des outils de sensibilisation pour lutter contre les discours de haine sur le web, …

Mais internet constitue aussi le prolongement de la vie réelle et les discours de haine ne sont pas un phénomène nouveau inhérent à l’apparition d’internet. Le web leur donne juste un espace de diffusion supplémentaire et plus étendu. Les discours de haine trouvent donc le plus souvent leur source hors de la toile.  « Citoyens du Web » a également pour ambition de proposer une réflexion sur la multiculturalité et les obstacles à sa pleine réalisation en Belgique : exclusion socio-économique, discriminations, peur de l’Autre face à l’immigration, …

À l’image de l’information en ligne et des réseaux sociaux, ce web documentaire se veut dynamique et évolutif, mais aussi pédagogique, il sera donc enrichi au fil du temps et sera composé d’une multitude de capsules se complétant les unes les autres pour apporter une réflexion qui soit la plus complète possible : l’expérience d’une semaine de déconnexion d’internet, des entretiens avec des spécialistes de l’information en ligne et des bloggeurs, des micro trottoirs auprès des jeunes utilisateurs des réseaux sociaux, des outils d’information.

N’hésitez donc pas à venir le visiter et à y revenir de temps à autres à l’adresse suivante:
http://www.cnapd.be/citoyenduweb/ !

Coralie Mampaey

Coralie Mampaey

Coralie Mampaey est chargée de projet à la CNAPD.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez-nous !

Plus d’articles

Evenements à venir