Après l’attentat du 7 janvier 2015 à Paris, l’OCAM (l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace) avait conseillé d’augmenter le seuil de menace au niveau 3 pour les institutions juives et les commissariats de police puis, le 9 mars de ramener le niveau de menace de 3 à 2. Un degré de menace qui, légalement, ne justifie pas la présence de soldats dans nos rues. Le gouvernement en a pourtant décidé autrement.

Une mesure illégale, anti-démocratique et créant une atmosphère anxiogène, qui a abouti au dépôt d’une plainte de la part de plusieurs associations dont la CNAPD.

Le 23 septembre 2015, Alain Lallemand revenait sur la question dans Le Soir. Lire l’article.

Carole Glaude

Carole Glaude

Chargée de communication et réseaux à la CNAPD

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez-nous !

Plus d’articles

Evenements à venir