Voilà le motto de ce projet qui allie une association, la CNAPD, une Maison de Jeunes, l’Ahlambra, et une compagnie théâtrale, les porteuses d’eau. Grâce à cette alliance, tous les mercredis depuis janvier se réunissent une petite dizaine de jeunes… Le 2 avril, ces mêmes jeunes nous montraient le travail effectué.

« Ce n’est pas encore terminé », nous disent-ils, un peu embarrassés.

« On vient seulement de finaliser le texte », explique la metteuse en scène. « On voulait vraiment faire quelque chose qui parle aux jeunes et pour cela, il nous a semblé juste de partir de zéro et de vivre le processus de création à fond, de a à z ». 

C’est ce qu’on appelle de théâtre-action. Créations autonomes, ateliers théâtre, volonté d’abord et avant tout d’apprendre à s’exprimer, de quelque manière que ce soit, et d’arriver à mettre des mots sur ce que l’on ressent, ce que l’on vit, et principalement sur les injustices et inégalités socioculturelles. C’est bien là le but de ce projet «  Voie des jeunes « , un projet qui se poursuivra jusque fin juin et qui aboutira très certainement à une petite production théâtrale et un spectacle !

Un spectacle qui promet d’être drôle, varié et enrichissant, si on en croit la première mouture que les jeunes participants nous ont présentée le mercredi 2 avril au coeur d’Anderlecht.

Pas très assurés au début, ils improvisent un peu et la timidité s’envole petit à petit, révélant tout leur potentiel pour nous offrir une suite de petits sketchs qui dépeignent des scènes d’injustices qui auraient pu arriver à n’importe qui !

Un début prometteur donc qui nous invite à attendre la suite avec impatience !

Carole Glaude

Carole Glaude

Chargée de communication et réseaux à la CNAPD

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez-nous !

Plus d’articles

Evenements à venir